Le Syndrome Dysphorique Prémenstruel

« Il suffit d’un atome pour troubler l’œil de l’esprit » disait William Shakespeare, mais que peut-on dire de ces troubles parfois sévères qui amènent des femmes à repenser leur rendez-vous, leur vie sociale, leur emploi, leur relation, leurs vacances, leur agenda, leur vie, en fonction d’une petite semaine dans un cycle menstruel qui va bouleverser leur quotidien, leurs émotions, leur corps ?

Bien que la majorité des femmes ressentent à divers degrés les symptômes menstruels :

Connaissez-vous la version particulièrement sévère de ces troubles qui touchent surtout l’humeur, qui vont de l’irritabilité majeure à l’anxiété généralisée parfois associée à un syndrome dépressif intense avant le déclenchement des règles et s’estompent par enchantement lorsque celles-ci débutent ?…

Le syndrome dysphorique prémenstruel ou TDPM

Selon la définition du syndrome prémenstruel dans le livre Gynécologie et obstétrique de Masson, une femme sur trois ressent dans la semaine qui précède ses règles une sensation de congestion plus ou moins intense des seins et de l’abdomen appelée syndrome prémenstruel.
La patiente consulte pour des manifestations cliniques variées : congestives, nerveuses, viscérales.

Il est impossible d’attribuer à une seule hormone la responsabilité du syndrome prémenstruel.

Toutefois, un élément domine indiscutablement la pathogénie : Le déséquilibre oestroprogestatif dû à une insuffisance lutéale et à une insuffisance de la détoxication hépatique des oestrogènes qui crée une hyper-œstrogènie.

On retrouve également :

Un déficit en Sérotonine (Hormone de l’apaisement)

Une carence en acide gras essentiels, magnésium et calcium

Une perturbation du microbiote intestinal (flore intestinale)

Une carence en fer fonctionnelle (Sans anémie)

Les symptômes les plus communément rapportés d’un syndrome prémenstruel ou SPM sont :

  • Les symptômes physiques :

Fatigue, mastodynie ou tension mammaire, rétenton hydrosodée, ballonnement abdominal, troubles digestifs, prise de poids, acné, migraine cataméniale, tension pelvienne, irritaton du mamelon et constpaton.

DANS LE SPM, LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES N’INTERFÉRENT PAS AVEC LA VIE AU QUOTIDIEN.

Les symptômes rapportés d’un syndrome dysphorique prémenstruel ou TDPM sont d’ordre neuropsychiques :

  • ANXIÉTÉ, COLÈRE, DÉPRESSION, IRRITABILITÉ EXACERBÉE
  • Diminution de l’aptitude de concentration, mémorisation
  • Troubles du sommeil avec hypersomnie ou insomnie
  • Modification de la libido et Hypersensibilité au rejet
  • Modification de l’appétit avec boulimies (Pulsions pour les sucreries)
  • IDÉES NOIRES
  • Tentative de suicide
  • DÉSESPOIR SÉVÈRE
  • TROUBLES DE L’HUMEUR AGGRAVÉ

Dans le TDPM, incapacité de fonctionner en milieu social ou familial

Le diagnostic :

Ce syndrome est référencé dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-V) comme un trouble mental.

Des femmes présentent des symptômes prémenstruels variables : Certaines éprouvent des symptômes bénins et une minorité, soit 5 à 10% des femmes en âge de procréer éprouvent des symptômes prémenstruels sévères et débilitants affectant tous les aspects de leur vie quotidienne, professionnelle, affective et sociale.

Ces symptômes répondent aux critères diagnostiques du TDPM listés dans DSM-V (téléchargement des critères en bas de page pour auto-évaluation)

  • POUR RÉPONDRE AUX CRITÈRES, au moins 5 des 11 symptômes énumérés doivent être présents dans la phase lutéale.
  • IL DOIT IMPÉRATIVEMENT EXISTER UN INTERVALLE LIBRE DE TOUS SYMPTÔMES D’AU MOINS UNE SEMAINE DANS LA PÉRIODE SUIVANT LES RÈGLES (PHASE FOLLICULAIRE).
  • DANS LE SPM, LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES N’INTERFÉRENT PAS AVEC LA VIE AU QUOTIDIEN
  • LE DIAGNOSTIC EST CONFIRMÉ prospectivement en demandant aux patientes de noter les symptômes dans un tableau pendant deux cycles consécutifs (Téléchargement du Suivi de votre cycle en bas de page)
  • 1 DES 4 SYMPTÔMES MAJEURS DOIT ÊTRE UNE HUMEUR DÉPRESSIVE, UNE ANXIÉTÉ, UNE LABILITÉ ÉMOTIONNELLE OU UNE GRANDE IRRITABILITÉ. Les autres symptômes comprennent une diminution de l’intérêt pour les activités habituelles, des difficultés de concentration, une fatigabilité excessive, un manque d’énergie, des changements d’appétit, des troubles du sommeil, un sentiment de perte de contrôle.

 

Les femmes présentant des symptômes moins sévères présentent un syndrome prémenstruel (SPM)

NB : Il peut être difficile de faire la distinction entre le TDPM et la dépression, en particulier majeure, dont certains symptômes, tels qu’humeur dépressive, sentiments de désespoir sont partagés. Ce diagnostic ne doit donc être posé que par le corps médical. (Spécialistes en particulier, neuropsychiatre, neurologue, gynécologue, médecine traitant…)

Approche thérapeutique :

La difficulté de l’observance des traitements est souvent liée au phénomène cyclique du TDPM. C’est vraisemblablement sur le long terme et sur la régularité que l’on obtiendra des résultats satisfaisants.

Ne voir l’alimentation que sous forme d’un cumul de calories apportées par les protides, lipides et glucides est une grave erreur.

 

Une santé prémenstruelle commence par une bonne hygiène de vie

L’alimentation a un impact direct sur une multitude d’hormones qui conditionnent notre état de santé en particulier l’apparition du syndrome prémenstruel ou le TDPM.

  • OPTIMISER LA DETOXICATION DES ŒSTROGÈNES ou la foncton hépatique
  • CORRIGER UNE POSSIBLE DYSBIOSE (fore intestinale) qui augmente le climat oestrogénique
  • OPTIMISER LA SANTÉ INTESTINALE garante de notre santé psychique et hormonale
  • ANALYSER LES DIVERSES CARENCES par la médecine à 4 P (Participative, préventive, personnalisé et prédictive). Téléchargez votre journal alimentaire en bas de page.
  • ANALYSER LE STATUT MICRONUTRITIONNEL NOTAMMENT LE STATUT MARTIAL* (Fer) dans la prise en charge de ce syndrome souvent en lien avec une carence fonctionnelle de fer (sans anémie) rarement prise en charge en médecine allopathique.

*L’INCIDENCE DU SYNDROME PRÉMENSTRUEL EST FAIBLE CHEZ LES FEMMES AYANT UNE ALIMENTATION RICHE EN VITAMINES ET MINÉRAUX. UN LIEN EXISTE ENTRE LA CARENCE EN FER ET L’APATHIE, LA DÉPRESSION, LE SPM, LES RISQUES PSYCHIATRIQUES EN PARTICULIER L’APPARITION DE TROUBLES ANXIODÉPRESSIFS COMPARÉS AUX SUJETS SUPPLÉMENTÉS EN FER.

Une prise en charge globale est indispensable pour diminuer la symptomatique de ces patientes.

Mes cabinets se trouvent en région lyonnaise.

La consultation en visio est également disponible.

Prendre RDV sur Crenolib

Autres informations TDPM

Mes publications

Envie d’en savoir plus, lisez mes publications

Parcourir les publications

TDPM France : FB Groupe de support

« Seules, nous ne sommes que des goutes d’eau, ensemble, nous formons un océan ! »

Rejoindre sur Facebook

Quiz TDPM

Suis-je TDPM ou juste SPM ?

Télécharger le Quiz

RDV ET TELECHARGEMENT

Laurence Fuhrmann Spécialisée dans les TDPM fait partie de la Communauté professionnelle Internationale IAPMD. (The International Associaton for Premenstrual Dysphoric Disorders)
Formée en médecine nutritonnelle et fonctionnelle DUE, phytothérapie DU, biologie médicale appliquée à la nutriton. J’ai présenté le TDPM lors de l’ICNM Londres 2017 (Congrès Int’l de naturopathie), Congrès de la femme (France), OMNES journée de la naturopathie.

Avant tout rdv chez votre médecin spécialiste et/ou votre thérapeute, merci de télécharger, remplir et/ou joindre :

Prendre RDV sur Crenolib